Details

Nieuws

Millésime 2017 dans les 13 régions viticoles allemandes

06-12-2017

Vendanges précoces, volumes réduits, mais qualité au rendez-vous.

Les vendanges 2017 en Allemagne ont permis de produire des vins de bonne à très bonne qualité, mais majoritairement dans des volumes limités.


Les vendanges 2017 en Allemagne ont permis de produire des vins de bonne à très bonne qualité, mais majoritairement dans des volumes limités. Les gelées anormalement fortes et généralisées du mois d'avril expliquent en grande partie les pertes de récoltes relativement importantes dans de nombreuses propriétés viticoles. Ainsi, il est prévu que la récolte totale pour l'année dans tout le pays, représentant 7,5 millions d'hectolitres, soit inférieure de 18 pour cent par rapport à l'année dernière, mais aussi à la moyenne de 9 millions d'hectolitres sur les dix dernières années.

Dans la plupart des régions viticoles allemandes, les vendanges ont eu lieu très tôt dans l'année. Seuls quelques domaines ont laissé des raisins dans les vignes en vue d'une éventuelle production de vins de glace. Dans l'ensemble, les quantités récoltées sont très satisfaisantes, ce qui donne un millésime 2017 de vins d'une grande finesse généralement légers et fruités, parfaitement adaptés à la tendance actuelle des goûts des consommateurs.

L'aperçu suivant montre le développement de la récolte dans les 13 régions viticoles d'Allemagne. 

Ahr (563 ha)

Les vendanges sélectives furent à l'ordre du jour dans l'Ahr, après que les gelées de printemps du mois d'avril avaient déjà réduit les récoltes, suivies par de fortes pluies pendant l'été. Dans le cas des cépages précoces tels que le Frühburgunder (Pinot Précoce), les vendanges avaient déjà commencé dès les mois d'août en certains endroits. La seconde moitié du mois de septembre a donné des conditions idéales pour les vendanges, ce qui a permis d'obtenir de bonnes qualités du cépage dominant de la région, le Spätburgunder (Pinot Noir), ainsi que de Riesling. Avec des niveaux de récolte devant atteindre les 31 000 hectolitres, soit environ 21 pour cent de moins que la moyenne à long terme, les vins de l'Ahr présentent un haut niveau d'extraction et de corps plus que bienvenu qui ravira les palais des amateurs de vin grâce à leur bonne structure et à leur fruit typiquement fin.

 Baden (Pays de Bade) (15 812 ha)

« Nous nous en sommes plutôt bien tirés », voilà comment les producteurs de Baden ont résumé le millésime 2017. En effet, le gel catastrophique de cette année en cette région fut le plus intense depuis 1953. Pourtant, un grand nombre de vignes sont parvenues à récupérer et à donner naissance à des pousses secondaires, pour ne produire au final que quelques raisins. Dès lors, déjà au début du mois d'octobre, après des vendanges rapides, il fut possible d'obtenir des rendements de 70 hectolitres par hectare. Seules les années 2010 et 2013 ont produit des niveaux aussi faibles. Les estimations des volumes de récolte de 1,05 million d'hectolitres sont 15 pour cent inférieures à la moyenne sur dix ans et 19 pour cent en retrait par rapport à l'année précédente. Toutefois, la plupart des quantités et des qualités furent des plus appréciables, surtout dans le cas des variétés à maturation tardive. À la fin du mois d'octobre, le climat ensoleillé a même donné lieu à des qualités de grains nobles occasionnelles, d'Auslese à Trockenbeerenauslese. Globalement, les vins de 2017 du Pays de Bade présentent une richesse d'arômes rafraîchissante, une complexité et une acidité harmonieuse. 

Franken - Franconie (6 107 ha)

Même s'il est recommandé d'utiliser les superlatifs avec parcimonie, les viticulteurs de Franconie sont unanimes : 2017 fut la récolte la plus rapide et la plus précoce dans l'histoire de la région. La raison est incontestablement le climat capricieux dont l'année n'a certainement pas manqué. Avec une bonne dose d'efforts, il a été possible de minimiser les dommages causés par les gelées de printemps. Dès lors, malgré les dégâts dus à la grêle en été et aux fortes pluies, et grâce à la sélection de raisins correspondante d'avant la récolte, le volume d'environ 487 000 hectolitres devrait être légèrement supérieur à celui de l'année dernière. Les vins présentent pour la plupart une légèreté rafraîchissante et des notes fruitées vivifiantes, soit un joli contraste par rapport au millésime très concentré et corsé de 2015, ainsi qu'un complément au millésime 2016 très fruité. Ce millésime 2017 élancé et élégant de Franconie est donc particulièrement agréable ! 

Hessische Bergstrasse (461 ha)

Les viticulteurs de la Hessische Bergstrasse ont été confrontés à une année particulièrement turbulente. En effet, les récoltes ont été amoindries par les gelées destructrices, qui ont touché les producteurs à divers degrés. Des complications sont également survenues en raison d'un climat partiellement humide, qui a obligé les viticulteurs à réaliser une sélection manuelle rigoureuse en vue de préserver la qualité. Heureusement, le mois de septembre a apporté son lot de nuits fraîches, malgré une bonne dose de pluie au début, ce qui a ensuite permis d'accélérer une récolte qui avait déjà commencé très tôt. Tous les raisins se sont donc retrouvés dans le chai dès le 10 octobre. Au final, le total des récoltes, soit 25 000 hectolitres, est considérablement en deçà de la norme de 31 000 hectolitres, mais la qualité est correcte, notamment dans le cas de variétés à maturation tardive, comme le Riesling. Le Bergstrasse peut espérer un millésime 2017 aux cépages typiques et frais, mais surtout gracieux et élégants.

Mittelrhein (467 ha)

Les viticulteurs du Mittelrhein ont été pour la plupart épargnés par les importantes pertes de récoltes dues aux gelées du mois d'avril, en raison de baisses des températures relativement modérées avoisinant les deux degrés Celsius enregistrées sur les vignobles escarpés. Cela dit, l'année a présenté d'autres défis importants aux viticulteurs, qui se sont manifestés par des pluies abondantes en été et un temps humide et instable, à seulement quelques exceptions près. Il a donc fallu procéder à une rigoureuse sélection en vue d'écarter les grains de raisin pourris des sains, ce qui a permis de récompenser ceux qui ont travaillé scrupuleusement avec de bonnes qualités. Ainsi, la récolte qui avait débuté en septembre s'est majoritairement terminée au début du mois d'octobre. Les raisins doux nobles ont également été vendangés jusqu'au Trockenbeerenauslese. Le rendement total d'environ 33 000 hectolitres est donc à peu près identique au volume de l'année dernière. Les vins s'avèrent aromatiques et équilibrés à concentrés, avec une superbe interaction de douceur et d'acidité.

Moselle (8 796 ha)

La récolte en Moselle pour cette année fut la plus précoce de l'histoire et la plus réduite en termes de volume depuis un demi-siècle. Cela s'explique bien entendu par les gelées du mois d'avril, qui ont touché près d'un tiers des vignobles de la région. Même les parcelles escarpées ont souffert, ce qui est rarement le cas, étant donné que l'air frais descend généralement le long des pentes. Avec 600 000 hectolitres, le volume des récoltes est considérablement plus bas que la moyenne à long terme de 800 000 hectolitres. L'été a quant à lui apporté un temps chaud et sec, ainsi que de fortes pluies et des averses de grêle isolées. Les vendanges commencèrent à la mi-septembre, devançant ainsi de dix jours les récoltes les plus précoces enregistrées en 2011. Les raisins de Riesling qui furent récoltés plus tard ont pu profiter des conditions climatiques favorables lors de la seconde moitié du mois de septembre. Cela a permis d'obtenir un moût bien dense, avec 200 degrés Oechsle pour les raisins doux nobles, mais aussi des niveaux d'acidité des fruits équilibrés. Les vins de Moselle millésime 2017 seront élancés, légers et minéraux, avec une large gamme de qualités jusqu'au Trockenbeerenauslese, surtout dans la Sarre et la Moyenne Moselle.

Nahe (4 205 ha)

La nuit glaciale du 20 avril a considérablement endommagé les vignes de la Nahe, ainsi que dans une partie des vignobles supérieurs et escarpés de la région. Même les viticulteurs les plus chevronnés ont du mal à se rappeler de quelque chose de comparable. Les rendements furent de 30 à 80 pour cent inférieurs aux résultats habituels. Ceux qui ont allumé des bougies sur des parcelles vulnérables et qui sont parvenus à sauver une majorité des raisins ont été bien avisés. Pour empirer les choses, des tempêtes de grêle ont eu lieu au cours de l'année, ce qui explique des prévisions de moins 18 pour cent par rapport à la moyenne à long terme. Toutefois, le climat principalement favorable en été et au moment des vendanges a eu une influence positive sur les raisins restants, qui ont présenté un poids de moût satisfaisant. C'est avec un dévouement sans pareil que les viticulteurs ont entretenu chaque grain sain et ces efforts ont porté leurs fruits : les vins de Nahe du millésime 2017 s'avèrent fidèles à la variété, corsés et parfaitement bien équilibrés.

Pfalz (23 590 ha)

La deuxième région viticole du pays par sa superficie va également produire de bons vins en 2017, mais en moindres quantités. En raison des dommages dus au froid d'avril, les viticulteurs du Pfalz ont récolté 1,8 million d'hectolitres de raisin, soit environ 19 pour cent de moins que la moyenne. Cependant, après un mois de juillet humide, les dieux de la météo ont fait preuve d'un peu plus de bienveillance en août et en septembre. Ainsi, au moment des vendanges au début du mois d'août, des jours chauds et des nuits fraîches furent au rendez-vous, l'idéal pour un profil aromatique de qualité. Le mois de septembre se fit ensuite plus frais vers la fin de la récolte et la pluie ne fut jamais excessive. Dès lors, les raisins purent accumuler une grande quantité de sucre et présenter de bons niveaux d'acidité. Le millésime 2017 du Pfalz promet des vins expressifs et non dénués de caractère, avec une délicate alternance d'arômes, surtout dans le cas de variétés aromatiques telles que le Sauvignon blanc et le Muscat. Les jeunes vins s'avèrent déjà stimulants et séduisants.

Rheingau (3 168 ha)

L'année 2017 a à nouveau démontré que les défis climatiques pour les viticulteurs du Rheingau ne s'atténuent pas. En effet, les volumes estimés à 180 000 hectolitres sont environ 18 pour cent inférieurs à ceux de l'année précédente. Les gelées d'avril sont les coupables toutes désignées, ainsi que les importants dégâts dus aux chutes de grêle au mois d'août au centre de la région. Toutefois, la nature a été en mesure de compenser une bonne partie de ces soucis grâce à un climat favorable au moment de la floraison et de la récolte. Au début du mois d'août, la croissance des vignes était en avance de dix jours par rapport à la moyenne à long terme. Une rigoureuse sélection des raisins fut nécessaire après les fortes pluies lors de la période de maturation, ce qui a permis d'obtenir au final une qualité de raisin et un très bon poids de moût pour les variétés à maturation tardive, comme le Riesling et le Spätburgunder. « Nos viticulteurs espèrent un bon millésime », a déclaré Peter Seyffardt, président de l'association des viticulteurs du Rheingau. L'actuel millésime se caractérise surtout par des vins aromatiques bien structurés et dotés d'une acidité harmonieuse.

Rheinhessen (26 628 ha)

Le volume total des récoltes de deux millions d'hectolitres de la plus grande région viticole d'Allemagne est considérablement inférieur à celui de l'année dernière et à la moyenne à long terme, soit environ 20 % plus bas. Cela s'explique par les gelées du mois d'avril associées aux tempêtes de grêle, surtout dans l'arrondissement d'Alzey-Worms plus tard au cours de la saison. En outre, à d'autres égards, l'année 2017 a réservé une ou deux complications supplémentaires aux viticulteurs de la Rheinhessen. « De véritables montagnes russes », telle est la description de l'évolution de l'année qui a nécessité des nerfs à toute épreuve. Les dieux de la météo se sont montrés plus cléments au cours des vendanges très précoces qui ont suivi de près une période de fortes pluies. La douceur du climat et les nuits fraîches ont permis à un grand nombre de raisins d'atteindre un bon niveau de maturité et de se gorger d'arômes. Ainsi, les vins jeunes de la Rheinhessen sont très fruités, bien équilibrés et présentent une acidité rafraîchissante. Les variétés à maturité tardive, telles que le Riesling, ont particulièrement bien profité de ce millésime 2017 compliqué.

Saale-Unstrut (765 ha)

Les viticulteurs de la Saale-Unstrut ont connu une année satisfaisante. Aucun problème climatique majeur n'est venu perturber les parcelles abritées, souvent terrassées, bordant les fleuves, et l'est de l'Allemagne a été largement épargné par les dégâts du gel en avril. L'alternance de soleil, de pluie et de chaleur estivale fut idéale pour les raisins et a permis une forte croissance dans les canopées. Après une période de maturation anormalement longue, les vendanges ont démarré au début du mois de septembre. Les vins secs sont délicats, fruités et gracieux, parfaitement caractéristiques de la Saale-Unstrut. Toutefois, la récolte a permis d'obtenir des raisins de Spätlese (vendanges tardives) corsés jusqu'à la mi-octobre, lorsque les vendanges ont pris fin. Les volumes estimés à 58 000 hectolitres sont légèrement supérieurs à ceux de 54 000 hectolitres récoltés l'année dernière, soit une hausse d'environ 7 pour cent.

Saxe (11 306 ha)

Les importants dégâts dus au gel ont également épargné la région située à l'extrême nord-est de l'Allemagne. Tant la quantité que la qualité furent au rendez-vous. Dans ce climat souvent doux, les raisins ont eu une plus longue période de maturation. Les vendanges se sont prolongées jusqu'à la seconde moitié du mois d'octobre, ce qui a permis, par exemple, aux grains de Riesling d'atteindre un poids de moût de 90 degrés Oechsle. L'agréable résultat obtenu se traduit par des vins fruités et juteux avec de bons niveaux d'extraction. Le volume récolté d'environ 27 000 hectolitres devrait être légèrement inférieur à celui de l'an dernier, mais considérablement supérieur à la moyenne à long terme de 21 000 hectolitres. 2017 fut une bonne année pour le vin de Saxe, avec une longue saison de vendanges qui a récompensé les efforts des viticulteurs. Hormis un travail assidu dans les vignes et une sélection méticuleuse, la principale vertu est restée la patience, qui a donné le temps nécessaire à la maturation optimale des raisins.

Württemberg (11 306 ha)

Le Wurtemberg a présenté un bilan mitigé à la fin de la récolte 2017. En effet, l'année a donné lieu à de nombreuses difficultés, comme les importantes gelées d'avril qui ont entraîné de considérables pertes de récoltes. Dans certains cas, une baisse de 25 à 30 pour cent, dans les régions de la vallée de la Tauber ou d'Hohenlohe, voire de 50 à 60 pour cent, a dû être absorbée. Les estimations des volumes de 850 000 hectolitres pour la région sont 20 pour cent inférieures à la moyenne à long terme et 26 pour cent en retrait par rapport à l'année précédente. Ainsi, la météo défavorable au moment des vendanges a nécessité des récoltes rapides et précoces en de nombreux endroits, qui se sont majoritairement terminées après une brève, et inhabituelle, période de seulement trois semaines. Cela s'est expliqué par le fait que les variétés à maturation tardive devaient être vendangées directement après celles à maturation précoce. Les viticulteurs du Wurtemberg sont satisfaits des qualités récoltées, surtout des variétés à maturation tardive qui ont donné des raisins sains présentant un bon poids de moût. Dès lors, on peut s'attendre à un millésime composé de vins fruités et équilibrés présentant des arômes fidèles aux cépages.

Estimations de moût dans les régions viticoles allemandes en 2017 (Au 27 septembre 2017)

  

 

Moyenne 2007-2016

 

Provisoire

Résultat provisoire 2017

Résultat provisoire 2017

Région viticole

Moyenne sur 10 ans

2016

27.09.2017

Variation de

volume en %

Variation de volume en %

 

hl

hl

hl

Comparaison avec la moyenne à long terme

Comparaison avec l'année précédente

Ahr

          39 000   

         40 000   

31 000

-             21   

-             23   

Mittelrhein

          29 000   

         25 000   

         30 000   

                3   

              20   

Moselle

         795 000   

       706 000   

        600 000   

-             25   

-             15   

Nahe

         329 000   

       308 000   

        270 000   

-             18   

-             12   

Rheinhessen

      2 563 000   

    2 557 000   

     2 050 000   

-             20   

-             20   

Pfalz

      2 232 000   

    2 209 000   

     1 800 000   

-             19   

-             19   

Rheingau

         220 000   

       200 000   

        180 000   

-             18   

-             10   

Hessische Bergstraße

          30 000   

         31 000   

         25 000   

-             17   

-             19   

Franconie

         445 000   

       471 000   

        490 000   

              10   

                4   

Wurtemberg

      1 065 000   

    1 145 000   

        850 000   

-             20   

-             26   

Pays de Bade

      1 237 000   

    1 293 000   

     1 050 000   

-             15   

-             19   

Saale-Unstrut

          44 000   

         54 000   

         58 000   

              32   

                7   

Saxe

          21 000   

         29 000   

         27 000   

              29   

-               7   

Allemagne

      9 049 000   

    9 069 000   

     7 461 000   

-             18   

-             18   

 

www.dwv- online.de

 


Terug
Weine aus Steillagen, wie hier an der Mosel, werden bei dem Wettbewerb „Mondial des Vins Extremes“ alljährlich prämiert. Steillagenwinzer von der Mosel und vom Mittelrhein erreichten die meisten Goldmedaillen für Deutschland.

Weine aus Steillagen, wie hier an der Mosel, werden bei dem Wettbewerb „Mondial des Vins Extremes“ alljährlich prämiert. Steillagenwinzer von der Mosel und vom Mittelrhein erreichten die meisten Goldmedaillen für Deutschland.